TDAH : Les excès diagnostiques et médicamenteux

Home / Blog autour de l'hypnose / TDAH : Les excès diagnostiques et médicamenteux
TDAH Oliver ARON Hypnose Strasbourg Métamorphoses

Hérité de l’effervescence anglo-saxonne en matière d’étiquetage psycho-pathologique, à la fin des années 60, avec une première évocation dans le DSM II, le Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité est l’objet de constantes controverses.

Le TDAH est désormais inscrit comme un syndrome dans la littérature du DSM V.

Il faut déplorer autant les excès de « diagnostic » que ceux des traitement médicamenteux, prescrits à la hâte, face à des enfants qui démontrent des troubles de l’attention et de la concentration, une hyperactivité ou une excitation, une impulsivité, parfois associés à des troubles « oppositionnels » ou « explosifs ».

Je publie ici avec son accord le « coup de gueule » de Bogdan Pavlovici (https://www.youtube.com/watch?v=1znEe3fOWp8&feature=youtu.be), médecin psychiatre et hypnothérapeute, recueilli lors d’un échange récent, à partir de ma page Facebook Olivier ARON Métamorphoses Hypnose Strasbourg sur la page d’un groupe d’interactions réservée aux praticiens de l’hypnose, pour sa pertinence et sa profonde humanité soignante.

« Bonsoir à tous !

Je me permets de faire un complément à mon post de hier, sur la prolifération exponentielle de certains diagnostics. Car j’ai ei beaucoup de retours très intéressants, et aussi des retours de parents d’enfants souffrant de ce syndrome appelé « TDAH », car n’oublions pas qu’il s’agit d’un syndrome, autrement dit un ensemble de symptômes. Un peu comme le syndrome fébrile, qui ne dit rien sur sa causalité. Donner de la Ritaline c’est comme donner de l’aspirine dans un syndrome fébrile. OK, on est d’accord, ça peut calmer la fievre, mais la fièvre est en réalité un clignotant utile ! A quoi ? Eh bien, déjà, à signaler qu’il y a un problème, non pas de la peau qui brûle, mais de l’ensemble du SYSTÈME organisme. Si on se contente de faire cesser la fièvre, c’est bon quand ce qui sous-tend la fièvre est une simple grippe, mais c’est pas bon DU TOUT quand c’est le bacile de Koch (pour ne prendre qu’un exemple parmi tous les intrus potentiels graves). C’est un peu pareil en matière de syndrome TDAH. J’ai vu le syndrome TDAH chez des enfants abusés ou maltraités qui n’en avaient parlé à personne, et la seule manifestation visible était ce putain de syndrome TDAH! Car ces enfants, ce n’est pas qu’ils sont inattentifs, c’est qu’ils sont obligés de faire attention à tout en même temps, car leur psychisme a intégré le fait qu’un danger innommable peut venir de partout et nulle part. Et avant que je ne déniche ça, des gentils confrères ou consoeurs leur donnaient gentiment de la Ritaline ! Pour les « calmer »! J’ai vu aussi beaucoup d’enfants en « déficit d’attention positive » sur eux, de la part de certains adultes, et pas toujours les parents (au cas où certains d’entre vous se sentent ciblés par mes propos). On considère que leurs manifestations « TDAH » correspondent à un déficit personnel en attention, mais c’est bien l’attention positive sur eux qui est déficitaire !

J’ai vu aussi des enfants « hyperactivés » (oui, avec accent aigu sur le « e »! ) par des exigences folles ou des images à mille à l’heure sur des putains d’écrans ! J’ai vu des violences familiales « gentilles » et invisibles que les enfants impactent de plein fouet et qui, oui! Les agitent et leur rendent la concentration impossible ! J’ai vu des histoires transgénérationnelles où des émotions négatives pénibles traversent les générations, non transformées, non métabolisées, et impactent les enfants, qui sont hautement plus sensibles et réceptifs que nous, connards d’adultes. Même si on ne veut pas leur en faire profiter, de nos émotions non traitées, toujours actives au fond de nous, nos enfants les sentent, car le propre des émotions c’est de circuler, de nous vers les autres, des autres vers nous, qu’on le veuille ou non ! Donc comprenons nous bien, on N’EST COUPABLE de véhiculer ces émotions, mais on est RESPONSABLES de les traiter, pour aider nos enfants ! Je plaide pour un passage de la « culpabilité » à la RESPONSABILITÉ !

Est-ce plus clair, dit comme ça ?

Je vous en remercie d’avance de vos feedbacks ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.